ONG d'intérêt général

"Aider, sans se substituer, des villages et des populations isolés"

BLOG

Faire un don

Adhérer

DU NORD POUR LE SUD

Santé - Togo

Pays

TOGO (Canton de Nadoba et Warengo)

Mission concernée

Action

Mission TAMBERMA

Appui aux USP (Unités de Soins Périphériques = dispensaires) de Nadoba et Warengo

Début du programme

Janvier 2013

Montant de la réalisation

Au 31-12-2019: 53.738 €

Détails

- 2014: création d' un laboratoire d'analyses médicales avec ses matériels (1 microscope binoculaire, 1 analyseur Hémocue 301, 1 hémoleucomètre 5 touches, 1 réfrigérateur pour les réactifs...)

Projets 2021

A définir

Programme en cours

- 2013 à 2017: achat de médicaments (action terminée fin 2017)

2019 - équipements médicaux

DNPLS a fait porter son effort sur le financement d'équipements médicaux surtout pour l'USP de Warengo qui en avait un urgent besoin.


2018 - adduction d'eau pour l'USP de Nadoba

DNPLS, avec l'équipe de l'infirmier Major Mathias, ont réalisé, à Nadoba, l'adduction d'eau au dispensaire, à la salle d'accouchement, au labo d'analyses, aux locaux de l'infirmier et de son aide et de la matrone. Ce n'était pas un luxe car ils n'avaient pas d'eau jusqu'à présent. L'ouvrage (reprise d'un forage existant), ajout d'une pompe avec surpresseur et d'un petit château d'eau) est également ouvert à la population à certaines heures.


2016 - mise en place d'une moto-ambulance tricycle à l'USP de Nadoba

Après avoir mis en place un réseau de transport de personnes et marchandises comprenant actuellement 5 motos-taxis tricycles (3 sur le canton de Nadoba et 2 sur le canton de Warengo), DNPLS et l'équipe de l'USP de Nadoba ont décidé de faire l'acquistion d'une moto-ambulance tricycle aménagée (brancard, glacière pour les prélèvements…) et dédiée aux services sanitaires. Elle est financée par DNPLS et gérée par l'USP de Nadoba.

Service ambulance: cet outil est très pratique pour aller chercher les patients dans les villages qui ne sont accessibles que par pistes ou même à pied et pour les ammener aux USP et, si besoin, à l'hôpital de Kanté.

Bien souvent les malades attendent et la pathologie ne fait que s'aggraver. Si le cas est plus important, l'hôpital de kanté se charge d'évacuer en ambulance routière le patient au centre hospitalier de Kara (capitale régionale).

Service analyses médicales: cette moto fait la navette entre les 2 dispensaires (Nadoba et Warengo). Ainsi les prélèvements faits à Warengo sont acheminés dans une glacière jusqu'au dispensaire principal de Nadoba. Cela évite le coût d'un 2è laboratoire d'analyses à Warengo, coût qui sera mieux employé à renforcer le labo de Nadoba. Certaines analyses, non pratiquées pour le moment en pays Tamberma sont également acheminées à l'hôpital de Kanté.

L'achat d'un groupe électrogène, ainsi que le renouvellement des lits et matelas de l'USP de Nadoba ont été réalisé au cours du 2è semestre.


2014 - création d'un laboratoire d'analyses médicales à l'USP de Nadoba


DNPLS a financé le laboratoire d'analyses du dispensaire de Nadoba en mai 2014. Le loboratoire dispose notamment d'un microscope binoculaire, d'un analyseur Hemocue 301, d'un hémoleucomètre 5 touches...

Un technicien de laboratoire a été nommé par l'état pour compléter l'équipe du dispensaire.

Le laboratoire a déménagé en 2015 derrière le dispensaire dans un bâtiment qui a été rénové.  Les conditions de travail s'en trouvent améliorées. En 2017, DNPLS a complété l'équipement du laboratoire.


2013 à 2017 - achat de médicaments (action terminée fin 2017)


DNPLS apporte une aide financière depuis janvier 2013 aux deux USP (dispensaires) de Nadoba et Warengo.

Désormais, les dispensaires peuvent mieux s'approvisionner en médicaments, pour le bénéfice de la population, en particulier des femmes et enfants. Les témoignages sur place indiquent que la population est sensible à cette action.

Les deux pharmacies de Nadoba et Warengo offrent désormais un niveau de stock correct.

Les dispensaires effectuent les prestations suivantes : soins curatifs (consultations, soins infirmiers, médicaments, mise en observation et accouchements assistés), consultations pré et post natales et parfois planification familiale. Les prestations sont payantes (seuls les fonctionnaires actifs ou retraités bénéficient d'une prise en charge partielle par l'état). Seuls certains soins tel que le traitement du paludisme pour les enfants sont gratuits. Mais, dans la réalité, beaucoup ne peuvent pas payer (en particulier dans la période de «soudure», entre deux récoltes), d'où les déficits des budgets des dispensaires et leur manque de moyens financiers.

Les habitants du Pays Tamberma sont constamment sous la menace de maladies infectieuses et parasitaires comme le paludisme, les maladies diarrhéiques, la fièvre typhoïde, la rougeole, les IST, les carences nutritionnelles...Les troubles de la grossesse et les complications liées à l'accouchement sont également très fréquents.

L'essentiel des difficultés d'accès des femmes et des enfants, et plus généralement de toutes les couches de la population, aux soins de santé se trouve dans la faible capacité financière des familles et dans l'irrégularité des revenus (période de «soudure»). Les conséquences sont un retard dans les décisions de consulter les services de santé. Ces situations aboutissent souvent à des drames et perturbent le quotidien des populations.                    .                                     

(placeholder)

Cartes du Togo

Médicaments

Labo d'analyses

Ambulance rurale

Matériels médicaux

Adduction eau

(placeholder)
(placeholder)

Nous avons évoqué la pérennité des soins, car DNPLS souhaite agir, mais sans se substituer. La solution pour que les USP soient à terme autonomes serait de créer une mutuelle (micro-assurance) au sein des villages. Il y aura nécessité d'une forte implication dans les villages et les Comités locaux pour s'approprier le projet.

Seuls les quelques fonctionnaires présents sur le site bénéficient d'une couverture sociale. Attention, les couvertures sociales au Togo, quand elles existent, n'ont rien de comparable à ce qui se pratique en France. Pour autant, il est indispensable que les populations les plus isolées puissent assurer les risques de santé les plus courants. Précisons aussi qu'au Togo, l'assurance maladie n'est pas obligatoire.

DNPLS a souligné l'importance de cette question car actuellement beaucoup de malades ou de blessés sont dans l'incapacité financière d'assumer les soins.

Pour information, les pathologies les plus courantes sont, par ordre décroissant, le paludisme, les plaies et traumatismes, les parasitoses digestives, les affections pulmonaires et respiratoires, les morsures de serpents et l'épilepsie.

Malheureusement, il n'est pas possible actuellement de se greffer sur une autre mutuelle qui étendrait son activité, ce qui serait le plus simple et le plus efficace. En effet, Les mutuelles ont leur zone d'influence par région et il n'y en a pas sur la préfecture de la Kéran.


Nord du Togo - pays Tamberma


Cantons de Nadoba et Warengo

La santé, fait constamment défaut dans les campagnes africaines.

- 2016 achat d'un triporteur ambulance rurale et d'équipements médicaux pour l'USP de Nadoba (1 groupe électrogène complet, 1 régulateur de tension, 7 matelas, pieds à sérum, boite de pinces, stéthoscopes, thermomètre digital)

- 2018: réalisation de l'adduction d'eau (chateau d'eau, conduites, lavabos...) dans las différents locaux de l'USP de Nadoba (dispensaire, maternité, labo d'analyses, locaux des infirmiers)

- 2019: achat d'équipements médicaux pour les USP de Nadoba (2 matelas, 1 chariot de soins, 1 analyseur Hémocue 301) et Warengo (6 lits, 6 matelas, 1 chariot de soins, 1 table d'accouchement, 1 table à pansements, 1 boite de pinces, 6 pieds à sérum)

Le problème de l'accès aux soins

(placeholder)
(placeholder)
(placeholder)